Voici une série de photos ainsi qu'un article du journal"Vers l'Avenir"

Organiser un triathlon n’est pas chose aisée, mais l’organiser en pleine ville, comme l’a fait le club Puissance Huy’T dans sa belle ville mosane, relève de la gageure. Pourtant, en portant la limite à 240 participants au maximum, les organisateurs du triathlon hutois avaient encore relevé la barre d’un cran puisqu’ils s’apprêtaient à accueillir 80 athlètes de plus qu’à leurs débuts en 2010, et 40 de plus que l’an dernier.

Et le succès a été au rendez-vous. Non seulement toutes les places ont vite été réservées, mais en plus, la présence sur place de quelques pointures de la discipline, ainsi que la participation de nombreux sportifs régionaux ont contribué à faire de cette troisième édition la plus belle du triathlon hutois. Et avec un parcours principalement urbain et entièrement tracé sur la seule entité hutoise, le public a été conquis. «La journée a vraiment été extraordinaire, dit Christian Bank, le secrétaire du club Puissance Huy’T et l’une des chevilles ouvrières de cette manifestation. Et pas seulement à cause du soleil généreux que nous avons eu. Tout s’est parfaitement déroulé, et si on dénombre un seul accident, il est seulement matériel et sans conséquences. Les athlètes sont contents, nous avons de superbes podiums et le public a suivi, que demander de plus?»

L’homme sait pourtant que le triathlon crée quelques soucis de circulation en ville… «Bien sûr, nous ne serons jamais un triathlon de renommée internationale mais ce n’est pas non plus notre but. En Wallonie, nous sommes les seuls à proposer un triathlon urbain et les amateurs apprécient cette particularité qui fait qu’ils sont en permanence suivis et encouragés par beaucoup de monde. Ce n’est évidemment pas le cas pour les courses dans la nature ou la campagne où les lapins sont leur seul public (rires). »

Elle avait pourtant failli ne pas avoir lieu cette troisième édition du triathlon de Huy, puisqu’à quelques jours de la date prévue, les communes de Marchin et de Modave signifiaient aux organisateurs leur refus de voir passer l’épreuve cycliste sur leur territoire, comme cela se faisait pourtant depuis deux ans. «Nous avons été obligés de modifier le parcours en dernière minute, rappelle Christian Bank, mais quand on entend les réactions des participants après coup, on se dit que ce fut une bonne chose. Les passages vers Ben-Ahin, notamment, ont été fort appréciés et ce nouveau tracé dans son ensemble a beaucoup plu.»

Au niveau des résultats, c’est un jeune athlète affilié au prestigieux club spadois Energy-Tri, Maxime Swertvaegher, qui l’a emporté dans un temps exceptionnel de 1h55’02. Il a réalisé 18’05 pour les 1 500 mètres de nage en Meuse, 1h02’10 pour les 40 km vélo et 33’22 pour les 10 km de course à pied, excusez du peu!

La première femme, Françoise Théate du TriGT de Tournai, termine quant à elle en 43e position en 2h19’24 (20’59, 1h18’02 et 37’58). Parmi les athlètes locaux, Vincent Carpeaux finit à une superbe 19e place tandis qu’Yves Simonet, encore mieux placé à l’arrivée, a malheureusement été déclassé pour «drafting» (voir par ailleurs).

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20120913_00204325#photoset

lien vers photos

Lien vers le site de Joseph Defrere